Science économique
Propositions premières

Chapitre 9 - Le salaire

Le « salaire » est, en science économique, la dénomination générique de tous les revenus du travail, eux-mêmes distincts des revenus de placement.

Le salaire est l'objet de deux lois d'airain. L’une est celle qui détermine le revenu total du travail par la répartition du revenu global (chapitre précédent). L’autre est aussi de répartition, mais du seul revenu total du travail.

Autant la répartition du temps de travail est une illusion, qui ne peut tourner qu’au partage du chômage structurel avant de contribuer à son aggravation, autant le partage du revenu total du travail est une réalité. Les égalités et inégalités des niveaux de salaires par qualification professionnelle puis des salaires individuels régissent de fait ce partage. Le déni de cette réalité a, bien entendu, ses raisons d’être, au premier rang desquelles viennent les deux suivantes. Faire entrer la vraie détermination des prix du travail, avec ce qu’elle a de spécifique, dans un schéma où toutes les chertés se trouvent expliquées de la même façon est impossible. Admettre que les salaires les plus élevés abaissent le niveau moyen de ceux qui leur sont inférieurs contrevient à un tel schéma.

La main invisible est plus subtile. Elle introduit dans le système économique des leviers de commande que le corps social peut, pays par pays, pousser et tirer afin que les échanges commerçables produisent des effets qu’il désire. Mais le progrès que constituera l’emploi conscient de ces leviers n’est que réalisable. Tant que la théorie et la politique économiques laisseront ce progrès inaccompli, des remèdes qui visent à soulager le corps social pour en définitive dégrader sa santé sortiront de la boîte de Pandore des redistributions forcées par le législateur.