Le site l'économie demain ne sera plus accessible à partir du 31/03/2020 ; l'ensemble de son contenu restera disponible en pdf sur simple demande à l'adresse dominiquemichaut[at]lecodemain.net

Science économique
Propositions premières

Chapitre 12 - La monnaie

12.5. L’activation de la tendance à l'égalisation des rentabilités de même appartenance est un point fort.

Rentabilités de même appartenance : chapitre 11.

1. Soit deux pays, A et B.

Aussi bien en A qu’en B, l’activité entrepreneuriale est, admettons-le, répartie en douze secteurs. En A, la rentabilité moyenne de quatre des douze secteurs est trois fois plus grande que celle des huit autres secteurs. En B, il y a aussi, en tête de classement et par ordre de rentabilité décroissante, quatre secteurs, mais leur rentabilité moyenne n’est qu’une fois et demie plus grande que celle des huit autres secteurs.

2. B est avantagé par rapport à A sur ses secteurs les plus rentables.

Comme en B les secteurs les plus rentables le sont moins qu’en A, les débouchés à l’export sur ces secteurs sont plus ouverts et les débouchés domestiques moins exposés aux meilleurs rapports qualité/prix de concurrents étrangers.

3. B est aussi avantagé par rapport à A sur ses secteurs les moins rentables.

En B les secteurs les moins rentables le sont plus qu’en A parce qu’on y fait davantage d’efforts qu’en A pour les remonter. En A la rentabilité moyenne tous secteurs confondus est plus difficile à hisser et maintenir à son niveau suffisant au plein-emploi. En B la proportion des entreprises sous-rentables est moindre qu’en A. En A, la résistance du tissu entrepreneurial aux temps de basse conjoncture est plus faible qu’en B.

4. À revenu par tête à peu près identique en A qu’en B, la vie est moins chère et le besoin de retraites par transfert moindre en B qu’en A.

Les écarts des rentabilités directes (concept défini au chapitre précédent) des services et des biens, selon qu’ils sont les plus ou les moins achetés, sont moindres en B qu’en A. Du coup, la vie est moins chère en B qu’en A. Le besoin en retraites par transfert est moindre en B qu’en A, pour deux raisons : d’abord, dans le stock de capital social, la proportion qui rapporte aux épargnants est plus grande ; ensuite, la somme des profits est plus élevée que ce qu’elle serait si les taux de profit sur capital des entreprises étaient plus dispersés autour de leur moyenne qu’ils le sont, ainsi que cela se démontre algébriquement.