Science économique
Propositions premières

Chapitre 2 - La marchandise

2.20. Les marchandises industrielles sont pour les unes produites en série et pour les autres dupliquées en série.

Marchandises industrielles : marchandises composées que l’industrie humaine peut produire sans aucune limite assignable pour autant qu’elle s’en donne les moyens.

1. La production de dix mille automobiles ou ordinateurs identiques nécessite, après les études et les essais qui ont conduit à l’élaboration du modèle, dix mille assemblages du même objet.

Automobiles et ordinateurs sont produits en série. En revanche, la production de dix mille exemplaires du même progiciel nécessite d’en assembler un exemplaire dûment testé puis de le faire copier dix mille fois. Pareillement, la production de dix mille exemplaires d’un livre nécessite d’en établir un jeu d’épreuves puis de faire imprimer et relier dix mille exemplaires. Progiciels et livres sont dupliqués en série.

2. La vente d’une marchandise industrielle produite en série transfère un droit de propriété auquel son vendeur renonce.

C’est également le cas de la vente de certaines marchandises dupliquées en série. Mais pour d’autres, le droit transféré est strictement limité à l’usage du produit. Pour illustrer ce point, comparons ce que sont les droits de l’acheteur d’un livre et les droits de l’acheteur d’un progiciel.
● L’acheteur d’un livre sur papier n’a pas le droit d’en faire une copie intégrale, mais il a le droit de revendre ce livre.
● L’acheteur final d’un progiciel a généralement le droit d’en faire des copies à son seul usage (sauvegardes), mais pas celui de revendre l'exemplaire qu'il a acheté ou une copie de cet exemplaire.

3. Pour une marchandise industrielle dupliquée en série, la notoriété que les prescripteurs les plus influents lui confèrent joue un rôle économique souvent plus important que pour une marchandise industrielle produite en série.

Comparons, pour exemples, ce qui se passe dans le cas des progiciels et des livres d’une part, des ordinateurs et du mobilier d’autre part. Pour les logiciels et les livres, la quantité vendue est fortement dépendante de l’appréciation des prescripteurs les plus influents. Leur prix, pour autant qu’il reste inférieur au niveau jugé excessif par ces prescripteurs, n’a souvent plus qu’un effet marginal sur la quantité vendue.