Science économique
Propositions premières

Chapitre 2 - La marchandise

2.24. Différentier prix et coûts répond à une nécessité.

1. « Prix » pour la valeur d’échange demandée ou acceptée par un vendeur, « coût » pour la valeur d’échange offerte ou acceptée par un acheteur.

Une valeur d’échange acceptée par un vendeur est pour lui un produit, au sens de ce mot en comptabilité. Une valeur d’échange acceptée par un acheteur est pour lui une charge, au sens de ce mot en comptabilité.

2. Le vocabulaire des comptables et  des contrôleurs de gestion utilise fréquemment la distinction entre prix et coûts.

Il en va de même dans la vie courante. Les prix des vendeurs sont, une fois l’échange conclu, des coûts pour les acheteurs.

3. Utiliser les mots « prix » et « coût » comme il vient d’être dit n’est pas seulement commode.

Certains parlent de « coût du capital », mais se  refusent ou répugnent à parler de « prix du capital ». D’autres admettent qu’un taux de profit distribué sur capital est un prix, mais se refusent ou répugnent à parler de « coût du capital ».

La réalité des échanges économiques fait que tout prix est, pour le coéchangiste, un coût. La valeur d’échange de toute marchandise étant un prix et un coût, toute rémunération du travail et du placement en capital est un prix et un coût.

4. Partir du constat que des prix de marchandises composées tendent à être des sommes de coûts amorce une explication.

Le niveau de cherté de ces marchandises, souvent produites en grandes séries, n’est pas arbitraire. Mais quels sont les déterminants des rémunérations des épargnants et des travailleurs ? Pour que l’explication prenne corps, il faut qu’elle comporte deux élucidations, l’une sur la formation des prix de la marchandise élémentaire et primaire qu’est le service du travail en échange de sa rémunération, l’autre sur la formation des prix du service des mises en capital.

5. Là se pose un problème d’ordre.

D’abord l’élucidation de la formation du prix du travail ou d’abord l’élucidation de la formation du prix du capital ? Est-ce que dans la formation du prix du travail, le coût du capital intervient ? Ou bien est-ce au contraire dans la formation du prix du capital que le coût du travail intervient ?