Le site l'économie demain ne sera plus accessible à partir du 31/03/2020 ; l'ensemble de son contenu restera disponible en pdf sur simple demande à l'adresse dominiquemichaut[at]lecodemain.net

Science économique
Propositions premières

Chapitre 2 - La marchandise

2.14. Toute marchandise composée est produite au moyen de l’achat de plusieurs marchandises dont l’une est généralement l’ouvrage fourni par au moins un individu.

En usant de conventions terminologiques posées ci-dessus, on peut tout aussi bien dire : toute marchandise composée est produite au moyen de l’achat de plusieurs marchandises dont l’une est généralement la marchandise élémentaire et primaire, toujours échangée en contrepartie d’un salaire.

Ce constat est, bien entendu, à rapprocher de celui, déjà fait et plus général, que les marchandises sont échangées contre les marchandises.

1. Les apports en nature et en industrie à une société commerciale, nouvelle ou déjà constituée, sont des créations de marchandise.

Cette marchandise, [1] échangée contre une fraction de la propriété et des bénéfices de l’entreprise, entre dans (participe à) la composition de la marchandise vendue par l’entreprise.

2. Fonctionnaires, Françoise et François vendent une partie de la récolte d’un jardin qu’ils cultivent.

Pour la partie de la récolte qu’ils vendent, ils créent de la marchandise composée et, qu’ils le reconnaissent ou non, une entreprise qui durera tant qu’ils continueront à vendre cette part du produit de leur travail. Le complément de revenu qu’ils en tirent est une création de valeur d’échange économique. La part de leur récolte qu’ils consomment et celle qu’ils donnent n’entrant pas dans le circuit des échanges marchands, la faire entrer dans un agrégat économique n’a pas lieu d’être en économie définie alors qu’au côté d’évaluations monétaires du même genre elle trouve sa place en économie tentaculaire.

3. Ceci pose un problème politique et éthique de fond.

Voulons-nous pousser l’économie à devenir aussi définie ou aussi tentaculaire qu’il est possible de la faire ?


[1] Apports en nature : biens corporels (terrain, immeuble, machine, etc.) et incorporels (brevet, créances, clientèle, etc.). Apports en industrie : ceux d’une activité professionnelle que l’apporteur a déjà exercée.