Le site l'économie demain ne sera plus accessible à partir du 31/03/2020 ; l'ensemble de son contenu restera disponible en pdf sur simple demande à l'adresse dominiquemichaut[at]lecodemain.net

Science économique
Propositions premières

Chapitre 3 - L'entreprise

3.7. Une marchandise élémentaire n’est achetable que par les entreprises.

1. Le service du placement en capital d’une entreprise possède les propriétés d’une marchandise.

Voir un acte marchand dans le service du travail fourni par un individu en échange d’un salaire est conforme à la réalité. Voir un acte marchand dans le service du prêt fourni en échange d’un intérêt l’est également. Ne pas voir un acte marchand dans le service du placement en capital fourni en échange de profit est un déni de réalité, quelles qu’en soient les raisons.

2. Des dirigeants et conseils d’une société commerciale escamotent l’échange économique entre la société et les détenteurs de son capital.

Ils prennent pour règle que les bénéfices doivent être entièrement affectés à l’autofinancement. Détenir des parts du capital de la société, considèrent-ils, rapportera une plus-value à leur liquidation. L’escamotage revient à dire à des épargnants : fournissez-nous le service du financement permanent de la société, mais laissez-nous en user gratuitement puisque « le marché » se chargera de vous faire gagner de l’argent.

3. La marchandise élémentaire achetable seulement par les entreprises est le placement dans leur capital.

Les entreprises n'achètent effectivement cette marchandise que lorsqu’elles distribuent au moins une partie de leurs bénéfices aux apporteurs de leur capital. Là où s’affranchir de cette règle prévaut, l’économie d’échange fonctionne à bas régime. Les emplois étant eux-mêmes des échanges économiques, leur trop faible création et leur trop grande précarisation sont largement susceptibles de provenir du fait que la seule marchandise primaire achetable uniquement par les entreprises est en réalité trop peu souvent achetée.