Science économique
Propositions premières

Prologue

Une science exacte qui a pour objet ce que nous appelons au quotidien « l’économie » peut-elle être articulée ? Si oui, cette science, pour aussi partielle que l’objectivité permette de la faire, procure-t-elle des solutions certaines à des problèmes, pratiquement essentiels, que la théorisation en vigueur n’a qu’apparemment solutionnés ? Ces interrogations ne peuvent s'instruire sur un mode constructif que par des propositions premières, expérimentalement vérifiables, sélectionnées et articulées, avec pour option initiale une prescription de bon sens énoncée par Paul Fabra :

« Loin de moi l’idée que les mathématiques ne soient pas indispensables à l’économie politique comme elles le sont aux autres sciences ; mais l’usage des mathématiques doit être précédé par une analyse serrée des concepts utilisés. Si ceux qu’on emploie sont inconsistants, on aura beau développer toutes les équations qu’on voudra, on aboutira à des résultats incohérents. Il arrive trop souvent que, en matière de sciences humaines, on se contente de l’apparence d’un langage scientifique. » [1]

En analyse économique comme en d’autres disciplines, les critiques les plus justifiées sont des jalons de ce qu’il faut soit éviter soit réussir. Elles ne procurent cependant pas la certitude d’avoir puisé dans la réalité tout ce qui est nécessaire à l’établissement d’une économie politique objective. L’observation et l’essai restent les maîtres d'œuvre. Dès qu'un vice de construction est détecté, l’amour du travail bien fait impose le démontage pièce par pièce jusqu'à trouver ce qui contrevient au réel, avant un remontage différent à la lumière d’observations et de déductions renouvelées. Il y faut du temps, beaucoup de temps, et de la persévérance, beaucoup de persévérance.

On ne peut pas éviter qu’en théorie économique le résultat le plus abouti de cette heuristique soit jugé d’abord contraire à ce qu’il est convenable de penser, ce qui est vrai ; puis si inattendu qu'il y a de quoi en douter, ce qui est vrai ; enfin, plus ou moins longtemps après, conforme à ce qui se sait depuis longtemps, ce qui est vrai.


[1] Refonder l'économie politique, chapitre 1 Le renversement du fondement de l’économie politique, première section L’économie politique a rétrogradé à l’âge « préclassique », fin du huitième paragraphe. Le soulignement par mise en caractères gras est mon fait. Sur le même thème, voir Walras lu par Valéry.