Politique économique
Orientations majeures

Assainir le marché du capital

Tant que l’éviction du capitalisme de rendement par le capitalisme de plus-value n’aura pas pris fin, quatre actions d’assainissement du marché du capital resteront en attente d’exécution :

1) Instaurer trois publicités et deux séries d’analyse statistique sur la rentabilité et le financement des entreprises.
2) Réduire le taux de l’impôt payé par les entreprises sur leurs bénéfices distribués jusqu’à rendre ce taux nul.
3) Établir des plafonds de quasi-capital puis les abaisser progressivement.
4) Désagréger et prévenir les concentrations qui font obstacle à l’égalisation des rentabilités de même appartenance.

L’utilité sociale et la solidité systémique du marché du capital ne pourront être portés à leur plus haut niveau que par deux progrès d’organisation générale de ce marché. L’un consiste à rendre normal l’échange du placement en capital social contre tout ce qui reste de bénéfice après l’intéressement des salariés : échange actionnarial complet, autrement dit plein échange actionnarial. L’autre tire parti de la baisse des coûts de capture, de traitement et de diffusion de données pour rendre plus fréquente la détention d’actions nominatives par les particuliers et les associations privées à but non commercial.

La lutte contre le chômage qui ne prend pas appui sur des mesures d’assainissement du marché du capital fait comme si le capitalisme de plus-value pouvait être un aussi bon employeur que le capitalisme de rendement. Cela ne se peut pas pour bien des raisons, qui ne sont pas toutes strictement techniques. L’un et l’autre de ces capitalismes configurent différemment les mentalités dominantes, tant en matière entrepreneuriale et patrimoniale que salariale et fiscale, notamment.