Avant-propos

Quatrième de couverture
Préface du professeur Jacques Bichot

Le « foisonnant » (Raymond Barre, 1974) Essai de réhabilitation de l'économie politique [1] de Paul Fabra « ne vise à rien de moins qu’à un renversement de perspective de la pensée économique actuelle ». [2] L’économie objective en ligne de mire de ce changement de cap a pour propriété d’être vraiment définissable. Bien davantage qu’il n’y paraît à première vue, c’est émancipateur de la tutelle née académiquement néoclassique, devenue politiquement néolibérale.

Cette tutelle et d’autres influences idéologiques font que nous avons hérité du refoulement de l’économie politique objective, ce qui nous éloigne de vérités techniques et politiques de grande importance sociale.

1. En économie, la mathématisation trop peu astreinte à la catégorisation précise d’objets et d’actes repose sur l’insuffisance de l’analyse primitive des faits.

La théorie économique de base peut pourtant être construite au moyen de définitions recevables en logique des ensembles finis. Le négliger expose à des erreurs d’autant plus lourdes de conséquences qu’elles sont primordiales. L’Introduction à l’économie définie, première partie de mon ouvrage, puis le chapitre 1 de sa deuxième partie, Propositions premières de science économique, argumentent ce choix de méthode.

Les historiens de la pensée économique disposent d’une documentation surabondante pour débusquer les tentations qui ont détourné de ce choix, à rebours du bon sens. Quand, par exemple, il est question de revenus et de transferts ou de charges et d’investissements de quoi s’agit-il au juste ? Plus le vocabulaire commun à la pensée et à la pratique de l’économie est précis et concis, mieux il joue sa fonction de bien public.

2. Le propre de l’économie réside d’abord dans ce qui est spécifique aux échanges dont l’un des deux termes est de l’argent.

L’autre terme est évidemment constitué de services et de biens, mais tous ces derniers ne s’échangent pas contre de l’argent. Disposer pour cet autre terme d’une appellation générique aide à coller aux réalités pérennes que la pratique intensive des échanges économiques a en propre d’entretenir. L’usage tend à donner au substantif « marchandise » cette acception générique.

Toutefois, de la notion de marchandise ne s’extrait une définition, au sens de ce concept en logique des ensembles finis, que si elle conduit à l’inventaire exhaustif des catégories d’échange économique. L’installation dans les fondations de la science économique de la théorie de la marchandise pourvoit à cette nécessité, d’où ici le chapitre 2, sur la marchandise, des Propositions premières de science économique. L’évitement de plusieurs erreurs fondamentales s’en trouve facilité. Le travail en tant que dépense d’énergie humaine, les savoirs, les ressources naturelles et les monnaies ayant cours ne sont pas des marchandises, en dépit des assertions subjectivistes qui conduisent à soutenir le contraire.

3. Une autre erreur fondamentale s’en trouve plus difficile à perpétuer.

Son origine est dans la question, à première vue bien posée : d’où vient la cherté plus ou moins grande des services et des biens qui s’échangent contre de l’argent ou en nature (troc) ? Une réponse posée d’entrée de jeu afin d’en tirer une théorie des prix amorce une pétition de principe, cette faute qui consiste à tenir pour en définitive démontré ce qui ne l’a pas été.

La parade substitue à la question trop générale l’analyse des chertés par catégories homogènes de marchandise, en commençant par celles qui, primaires, procurent les revenus proprement dits. Mais, pour ce faire sans se laisser piéger par des contrevérités devenues des lieux communs, prendre appui sur une théorie de la marchandise ne suffit pas. Trois autres conceptions se prêtent en effet à des falsifications initiales : celle de l’entreprise, celle de la comptabilité, celle du capital.

4. La politique économique est l’enfant naturel de la science économique.

Les préalables qui viennent d’être indiqués ouvrent la voie au discernement de ce qui est de façon assurée vrai non seulement sur le profit et sur l’emploi mais aussi sur la répartition la plus globale des revenus, sur le salaire, sur l’intérêt, sur les prix auxquels les entreprises vendent, sur la monnaie. Une fois ce chemin fait, au moment de l’énoncé d’une politique économique l’essentiel de ce qui est spécifique aux échanges et aux transferts économiques se tient mieux ensemble, en même temps que se dégagent avec plus de clarté les raisons pour lesquelles les erreurs et les lacunes de la théorisation de base du système économique rendent le gouvernement de ce dernier dispensateur d’effets pervers et d’égarements collectifs.

Le lecteur qui aura bien voulu s’initier à l’économie objective en étudiant les deux premières parties de mon ouvrage le constatera au cours de son examen de la troisième et dernière partie, Orientations majeures de politique économique.


 

• Écran, papier, écran

L’ouvrage comporte 176 sections (préface non comprise). La première section est le présent avant-propos, la dernière est la conclusion des trois parties. Chaque section comporte sur le site, en haut de page, la fonction [Importer]. Son activation télécharge un exemplaire en PDF du texte de la section, dans un onglet du navigateur. De là, ce PDF peut aussi bien être enregistré sur disque ou clé USB qu’imprimé. [3]

• En une fois

Par le présent lien, la totalité de l’ouvrage est téléchargeable au format PDF, étant entendu que les droits de commercialisation aussi bien sous forme numérique que sur papier sont réservés. Dans les utilisations possibles de la copie téléchargée, en sus de l’impression complète ou partielle sur papier et de l‘enregistrement sur disque ou clé USB, il y a la lecture à l’écran d’une tablette ou, après une éventuelle conversion complémentaire, d’une liseuse. [4]


[1] Surtitré L’anticapitalisme dans ses deux premières éditions, en 1974 et 1979. Les ouvrages majeurs de Paul Fabra font l’objet d’une section du présent livre (dernière de la première partie). Sur le site lecodemain.net se trouvent : 1) le compte-rendu de lecture par Raymond Barre de L’anticapitalisme ; 2) le téléchargement gratuit du livre principal de Paul Fabra ; 3°) le compte-rendu de lecture par Paul Valéry des Éléments d’économie politique pure de Léon Walras.
[2] 
Première phrase du texte de quatrième de couverture. La déclaration par laquelle l’auteur ouvre sa Préface est : « Ceci n’est pas à proprement parler un livre d’économie politique bien qu’il propose, sur un certain nombre de points fondamentaux touchant cette matière, des solutions à des questions qu’on se posait depuis longtemps ». Plus avant, à la page 273 (sur 432) de la première édition, Paul Fabra dit de l’objet de son livre : « Il est de faire la critique de la doctrine économique régnante et d’indiquer les voies qu’il faudrait emprunter pour lui substituer une science ». Si j’en crois mon expérience, depuis les années 1990 et jusqu’à présent, intéresser à cette critique et à ces voies les diplômés d’études supérieures d’économie, de commerce et d’administration publique est devenu de plus en plus difficile, comme si la liberté de chercher en ce domaine des vérités primordiales devenait elle-même d’année en année de moins en moins nécessaire et tolérable.
[3] Les droits de commercialisation, par quelque moyen et en quelque langue et sous quelque titre que ce soit, de tout ou partie du présent Précis d’économie objective sont réservés.
[4] La conversion pour liseuse donne souvent un meilleur résultat en étant effectuée, par exemple au moyen de Mobipocket Creator, directement à partir de la source Word (.docx). En vue d’obtenir l’envoi d’une copie de cette dernière, utiliser la fonction Écrire.