Brèves d'économie politique

Le discernement des équités économiques réalisables

C’est d’abord par des évitements que l’économie politique strictement définie conduit au discernement des principales normes d’équité des échanges marchands.

Les échanges marchands auraient en commun une fatalité qui les rendrait toujours inéquitables. Au contraire, les échanges marchands seraient régis par une loi économique qui les rendrait toujours équitables. L’économie politique strictement définie se garde de ces généralités et d’autres trop hâtives. Elle attend d’avoir accumulé de quoi démontrer ce que sont et ne sont pas les équités que le système des échanges marchands peut établir.

L’air du temps n’incline pas jusqu’à présent à cette patience. Dans notre héritage culturel, il y a la croyance encore très répandue en un unique déterminant des valeurs d’échange marchand, voir ce qui se dit le plus spontanément dès qu’il est question de prix. Il y a également la conviction, elle aussi très répandue, que les marchés ne produisent pas la cohésion sociale dont l’économie a pourtant besoin pour bien fonctionner. N’excluons pas qu’il faille en arriver à rompre complètement tant avec le monisme de la valeur d’échange marchand qu’avec la déploration sur la cohésion sociale pour dégager quelles sont les principales normes d’équité dont la pratique concurrentielle des échanges marchands est grosse. Cherchons à la lumière de conditions concrètement réalisables, sans préjuger qu’une définition abstraite de l’équité économique soit à placer au point de départ de cette recherche.


Distribuée par Hachette Livre et titrée Précis d’économie objective, l’édition brochée de la contribution de Dominique Michaut à la réorientation de l’économie politique est achetable dans de nombreuses librairies, dont celles par internet d’Amazon, de Bookelis et de laFnac.


L’autorité des faits

Sommes-nous fonctionnaires en activité ? Les faits ne vous autorisent pas à nier que notre rémunération est le terme d’un échange marchand. Les faits ne vous autorisent pas davantage à nier qu’il puisse exister une loi économique propre aux rémunérations du travail quel que soit l’employeur ; et à exclure qu’il ne puisse y avoir d’équité salariale que par l’application délibérée de cette loi. Dans vos rôles économiques, remplissez-vous celui d’épargnant placeur en parts de capital de société commerciale, que cette dernière soit parfois ou non une coopérative ou une mutuelle ? Là aussi les faits n’autorisent pas à présupposer que l’équité actionnariale ne puisse être qu’un mythe.

Nous sommes également clients d’entreprises. Disons de cette relation marchande qu’elle est « finale », ce d’autant plus que c’est par elle que finalement le plus de pouvoir d’achat est réinjecté dans le circuit des échanges économiques. Mutatis mutandis, ce qui vaut pour l’échange salarial et pour l’échange actionnarial vaut pour l’échange final : la croyance en un unique déterminant des valeurs d’échange marchand détourne du réalisable à grande échelle qui peut rendre plénière et équitable chacune de ces sortes d’échange.

Comprendre et croire

Le plus grand handicapJe vous comprends bien, mais...En l’attente d’arguments d’autoritéLe cap à tenir plusieurs générations durant

Brève précédente   Brève suivante